miroirs-secrets.blog4ever.com

Les Miroirs du Secret...

Edimbourg : Présentation de la Cité.

 

 

Édimbourg est une ville de la côte est de l’Écosse au Royaume-Uni, et sa capitale depuis 1437. Elle est le siège du Parlement écossais, qui a été rétabli en 1999. Depuis 1329, Édimbourg possède officiellement le statut de cité.

 

>>> Visites d'Edimbourg via un diaporama ppwerpoint <<<

(Cliquez pour avancer)

 

 

 

 

La ville est construite sur des collines volcaniques qui fournissent chacune un point de vue différent sur la ville. Elle est dominée par son château dont les fondations remontent au VIIe siècle mais c’est à partir du XIe siècle que fut construite cette résidence royale avant de devenir une forteresse redoutable au XVIe siècle. Édimbourg fut affranchie en 1329 et s’entoura de murailles au XVe siècle. Après la défaite de Flodden (1513) contre les Anglais, les bourgeois de la ville décidèrent de construire à titre préventif une seconde enceinte baptisée le mur de Flodden. Après l’unification des Parlements d’Écosse et d’Angleterre (1707), la ville perdit de son importance politique mais resta un important centre économique et culturel. En plus du Château, Édimbourg compte de nombreux lieux intéressants comme le Royal Botanic Garden, les cathédrales Saint-Gilles (presbytérienne), Sainte-Marie (épiscopalienne) et Sainte-Marie (catholique), la National Gallery, Charlotte Square, le Scott monument ou encore le Royal Museum of Scotland. Le palais de Holyrood (Holyrood Palace) est la résidence officielle de la reine lorsqu’elle séjourne dans la ville. Les districts de la vieille et de la nouvelle ville sont classés patrimoine mondial par l’UNESCO depuis 1995.

 

 

 

Édimbourg est célèbre pour son festival, le plus grand du monde, qui dure trois semaines en août et propose de nombreux spectacles de qualité dans toutes les disciplines.

 

 

 

La topographie de la ville offre plusieurs collines permettant d'avoir de larges panoramas sur Édimbourg et ses environs.

 

(Arthur's seat)

 

Au sud-est du centre-ville, domine Arthur’s seat (le siège d’Arthur ou parfois le siège de l’archer). Il surplombe le palais de Holyrood ainsi que la vieille ville (Old Town) toute proche. Ce crag, est un ensemble de cheminées volcaniques du principal volcan sur lequel Édimbourg est construite. Le volcan s’est effondré et a basculé sur le côté, laissant ces collines comme les sites les plus élevés à des kilomètres à la ronde. Arthur’s seat fait désormais partie du parc de Holyrood, à l’origine propriété du monarque en tant que partie du Palais de Holyrood. Il fait partie des sites d’intérêt scientifique en matière de géologie du Royaume-Uni (Site of special scientific interest, ou SSSI en anglais). Arthur’s Seat et le parc de Holyrood offrent un panorama sur toute la région d'Édimbourg ainsi qu'un endroit de détente particulièrement apprécié des habitants de la ville.

 

(Carlton Hill)

 

Au nord-est, surplombant le centre-ville, se trouve Calton Hill. À son sommet sont bâtis différents bâtiments, dont deux observatoires, une tour en la mémoire de Horatio Nelson, le Royal High School (qui aurait dû abriter le parlement à une époque), et le National Monument, dont le modèle est le Parthénon d’Athènes, mais qui reste inachevé. Le surnom Athènes du Nord donné à Édimbourg vient entre autres de ce monument. Calton Hill accueille les festivités de Beltane chaque 1er mai.

 

 

 

Blackford Hill est la troisième et la plus au sud des hauteurs de la ville.

 

 

 

Le centre historique d'Édimbourg est divisé en deux parties par les Jardins de Princes Street. Au sud de ces jardins se trouve la vieille ville (quartier de Old Town), dominée par le château, perché au sommet d’un ancien crag volcanique. L’axe majeur de la vieille ville, le Royal Mile, suit l’arrête du crag en descendant lentement vers le palais de Holyrood à l'est. Au nord des jardins, se trouve la Nouvelle ville (quartier de New Town). Ces jardins se trouvent à l’ancien emplacement de marécages et de la rivière Nor'Loch, qui servait autrefois de douves au château.

 

 

À l’ouest du château se trouve le quartier financier, abritant de nombreuses banques et compagnies d'assurances. La construction qui attire sans doute le plus l’œil est le bâtiment circulaire construit en grès et qui abrite le Centre International de Conférence.

 

 

La topographie de la ville est marquée par le "crag et sa queue", qui se sont formés pendant l'ère glaciaire lorsque les glaciers ont érodé le sol tendre autour d'un bloc de roches volcaniques plus dures. La colline qui en a résulté a été la plus ancienne partie de la ville à se développer, en étant tout d'abord fortifiée puis en devenant la château que l'on peut voir aujourd'hui. La ville s'est ensuite étendue en descendant le long de l'arête qui part du château. Cet emplacement était facile à défendre, entouré de marécages au sud et d'un lac, le Nor Loch au nord. L'accès à la voie principale était barré au moyen de murailles aujourd'hui quasiment disparues.

 

 

La vieille ville a préservé sa physionomie médiévale ainsi que de nombreux bâtiments datant de la Réforme. Elle est délimitée sur un côté par le château, d'où l'artère principale (le Royal Mile) descend. Des ruelles (appelées closes ou wynds), et qui partent de Royal Mile descendent de part et d'autre de la colline. De larges places marquent l'emplacement des marchés ou entourent les principaux bâtiments publics, comme autour de la cathédrale Saint-Gilles ou le palais de justice par exemple. Les autres lieux dignes d'intérêt proches du Royal Mile sont le Royal Museum of Scotland, le collège royal de chirurgie, l’université d’Édimbourg… La conception de la ville, typique de vieux quartiers de beaucoup de cités d’Europe du Nord, est particulièrement pittoresque à Édimbourg, du fait de son château perché au sommet du crag.

 

Les restrictions imposées par le manque d'espace dû à l'étroitesse de l'arête sur laquelle est construite la vieille ville firent d'Édimbourg l'une des premières cités à construire de véritables tours d'habitation. Les logements multi-étages sont la norme depuis le XVIe siècle. Au XVIIIe siècle, il y avait environ 80 000 habitants dans Old Town, et comme la population a pendant longtemps été réticente à s'installer hors des murs de la ville, le besoin en logement s'est fait de plus en plus important et les bâtiments se sont agrandis. Cependant, beaucoup de ceux-ci furent détruits dans le grand incendie de 1824 et ensuite reconstruits sur les fondations d'origine. Mais cela a provoqué des changements au niveau du sol avec la création de nombreux passages sous la vieille ville. Depuis, la population de Old Town a considérablement diminuée, n’atteignant plus que 2 000 à 4 000 personnes selon les sources. Il y a actuellement 8000 habitants dans la vieille ville.

 

 

 

(Source : Wikipédia.fr)

 

 

 

 



26/09/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Sciences pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 21 autres membres